par Sophie Gastine

Cette nouvelle saison s’ouvre au monde pour un voyage électrique sans passeport ni visa, entre biguines et blues, résistance et utopie. Les esthétiques se croisent, se créolisent inventant des nouvelles formes, elles parlent, jouent, chantent le monde en lutte pour qu’il ne se recroqueville pas sur lui-même.