Le Comptoir est en deuil

Chers amis, cher public,

Il est peu courant d’évoquer la disparition d’un élu dans une newsletter d’une salle de spectacle, mais François était bien plus qu’un élu pour Le Comptoir, c’était un compagnon, un ami…

Jean-François Voguet, maire de Fontenay sous-Bois, de 2001 à 2016, après avoir été le premier adjoint de Louis Bayeurte, pendant 24 ans a été emporté par le COVID, à 71 ans.

Quel maire, saisirait lors d’une fête de la musique (en 2002) organisée par une jeune association « Musiques au Comptoir » soutenu par l’association « Les Amis de la Halle », une proposition de créer sous la Halle Roublot un lieu convivial, de partage culturel autour des musiques.

Quel maire proposerait dès la semaine suivante, un rendez-vous en mairie pour en discuter ?

Quel maire poserait un « OUI » et l’assumerait envers et contre tous ?

Oui, François était un homme d’engagement et de parole, il assumait ses « oui ».

Que d’heures passées dans son bureau, en mairie, à échanger, à élaborer le projet, à nous aider à le mettre en place, à assumer le coté maintenant et tout de suite qui n’a rien à voir avec le temps administratif.

Alors on fait ! Se mêlent les énergies des habitants du quartier, des deux associations, des services techniques de la ville, on construit, on fabrique cet espace, estampillé par rien d’officiel.

Le temps du rêve, de « l’Utopie concrète » n’est pas celui de la bureaucratie.

François aimait le rêve, les utopies (un peu l’aventure aussi), surtout il aimait tout ce qui allait dans le sens du partage, de ce qui fait bouger, se rencontrer, se mêler.

Ne croyez pas que c’était facile pour lui, il eut à se battre sur tous les fronts pour soutenir ce projet qui posait maintes questions politiques, qui ouvrait le débat de l’engagement citoyen, de sa place dans la cité, du public et du privé, de « l’amateurisme » et du professionnel….

Mais François avait ses convictions et il les assumait.

Alors une personne comme François ne disparait pas, son amour pour les gens, pour sa ville, sa carrure réconfortante, son écoute bienveillante, son humour discret en font une personne irremplaçable : François une pluie d’amour se répand sur Fontenay et pleure ta disparition.

Sophie Gastine et Pierre Fischer